vendredi 16 janvier 2015

Parole d'Expert : Jean-Marc Duvillier, de Floraquatic

Voici un extrait de l'interview de Jean-Marc Duvillier, Responsable de la société de vente en ligne Floraquatic, parue dans le n°25 d'AQUAmag (Décembre 2014 / Janvier - Février 2015).
Nous avons sélectionné pour vous quelques questions parmi les nombreuses auxquelles il a répondu afin d'établir un pont entre notre revue "papier" et son format électronique.
C'est ici l'occasion de découvrir l'un des nombreux acteurs de l'e-commerce dédié à l'aquariophilie. 



Jean-Marc Duvillier dans les locaux de Floraquatic ©Ph. Chevoleau

AquaMag
Bonjour Jean-Marc Duvillier,
Avant toute chose, pourriez-vous vous présenter aux lecteurs d’AquaMag ? Quelle est notamment votre formation ?

Jean-Marc Duvillier
Bonjour,
J’ai 34 ans et je suis issu d’une formation de responsable qualité. J’ai d’ailleurs exercé pendant 5 ans cette fonction au sein d’une entreprise de distribution de produits électroniques.


AquaMag
Étiez-vous initialement aquariophile avant de vous lancer dans l’aventure Floraquatic ?

Jean-Marc Duvillier
Oui tout à fait, l’aquariophilie est pour moi une passion qui m’a été transmise par mon grand frère. Je suis né si l’on peut dire dans un aquarium puisque j’ai eu mon premier bac à l’âge de 7 ans ; je m’y suis consacré jusqu’à l’adolescence pour le laisser un peu de côté jusqu’à l’âge de 20 ans.


AquaMag
Pouvez-nous nous relater brièvement la naissance de l’entreprise ?

Jean-Marc Duvillier
C’est très simple : à 21 ans, j’ai acquis un 1000 litres et comme vous vous en doutez, il était destiné à être un bac hollandais c’est-à-dire très planté. Et le budget du départ consacré aux végétaux était conséquent. J’ai eu alors l’idée de commencer à vendre des boutures des plantes de mon aquarium sur des petites annonces internet pour amortir l’investissement de départ. Quelle ne fut pas ma surprise quand, au bout de quelques jours, j’avais plus de demandes que ce dont je pouvais fournir ! La suite coulait donc de source. À cette époque aucune entreprise, ne vendait des plantes sur internet, et j’ai donc décidé de franchir le pas et de créer Floraquatic, premier site de vente en ligne spécialisé dans les plantes d’aquarium.


AquaMag
En plus de la vente, le site internet de Floraquatic propose du contenu éditorial. Est-ce une volonté de se démarquer ?

Jean-Marc Duvillier
Tout à fait. J’ai toujours eu la volonté que Floraquatic se place en tant qu’électron libre et ne ressemble à rien d’autre. Pendant des années, Floraquatic s’est cantonné à être un « simple » vendeur de plantes d’aquarium et des produits d’aquascaping. Bien que leader sur le secteur, nous avons voulu apporter quelque chose de plus à nos clients ; avec notre Journal Aqua le but était de créer une dynamique éditoriale, pédagogique et visuelle unique en France. Par ce procédé, nous avons voulu montrer au plus grand nombre qu’un bac planté ou l’aquascaping n’était pas si compliqué que cela et était à la portée de tous. À partir du moment où, évidemment, les conseils étaient suivis.


 

Une partie des locaux de Floraquatic. On note l'automatisation des renouvellements d'eau assurée par la tuyauterie. Photo ©Philippe Chevoleau
AquaMag
Concernant les plantes et/ou les animaux commercialisés, y a-t-il des espèces ou des variétés qui sont emblématiques de Floraquatic ?

Jean-Marc Duvillier
Nous pouvons dire par exemple que nous avons été les premiers en France à vendre l’Hemianthus callitrichoides « Cuba », une plante qu’on ne présente plus et qui à ce jour reste une des plus vendues. Pour l’anecdote, c’est Oliver Knott qui m’a remis en main propre une des premières « HC » qui lui avait été donnée par un grand producteur étranger.


AquaMag
Et à titre personnel, quelles sont les espèces de végétaux et d’invertébrés que vous préférez ?

Jean-Marc Duvillier
J’avoue avoir, côté flore, un penchant pour les mousses. Elles donnent un aspect des plus naturels à un aquarium et permettent de créer des décors à l’infini. En ce qui concerne les invertébrés, ma préférée reste la Caridina multidentata (ex C. japonica). Cette crevette est loin d’être la plus belle, mais son comportement social est des plus attractifs, et elle reste la championne toutes catégories pour la chasse aux algues



…/…

Retrouvez l'intégralité de cet entretien dans AQUAmag n°25


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire