mercredi 25 novembre 2015

Du nouveau pour le transport express des poissons d'ornement !

Frédéric Amblard, Vice-Président du PRODAF (Syndicat professionnel des métiers et services de l'animal familier), nous informe qu'une catastrophe a été évitée de peu concernant le Transport express de poissons d'ornement. 
C'est grâce à son action auprès de la Commission Européenne à Bruxelles que la situation s'est débloquée avec succès.

Photo : F. Amblard - Tous droits réservés


Depuis la mi décembre 2014, des incertitudes pesaient sur le transport des poissons d’ornement après que certaines administrations de différents pays européens aient formulé des réserves quant aux conditions de l’octroi de l’autorisation aux transporteurs « expressistes » et à leurs sous-traitants.

Au même moment, les commerciaux du transporteur UPS (United Parcel Service) annonçaient à leurs clients la fin de la prise en charge des expéditions de poissons d’ornement alors que Géodis Calberson ne pouvait toujours pas prendre en charge les expéditions du jeudi pour livraison le vendredi.
 

En cause, le règlement européen n° 1/2005 du Conseil du 22 décembre 2004 relatif à la protection des animaux vertébrés pendant le transport.

Compte tenu des pratiques habituelles, il était totalement impossible pour les transporteurs, comme UPS ou Géodis Calberson, fonctionnant en réseaux de messagerie-express de type intégrateur, de se conformer à ces dispositions qui étaient totalement inappropriées pour le transport de poissons d’ornement. 

Frédéric Amblard, Vice-Président du PRODAF, a pris les choses très au sérieux.
La solution à cette difficulté n’étant pas du ressort des autorités nationales, il est intervenu directement à la Commission Européenne à Bruxelles.
Il a rédigé et présenté lors d’une réunion d’expert, un dossier technique qui a permis au chef de bureau en charge du bien-être animal de rédiger des lignes directrices adressées aux différentes autorités des états-membres.


Les résultats obtenus suite à l’intervention de Frédéric Amblard auprès de la Commission Européenne à Bruxelles sont un véritable succès : 
- Plus d’agrément des moyens de transport par route pour les transporteurs ET leurs sous-traitants.
- Plus de formation agréée du personnel des transporteurs ET de leurs sous-traitants.
- Plus d’obligation pour les sous-traitants d’obtenir une « autorisation de transporteur ».
 

Désormais, les transporteurs de poissons d’ornement devront s’assurer que les animaux sont conditionnés dans des emballages respectant l’instruction particulière 51 de la norme IATA et la durée du transport ne devra pas excéder 48 heures.
L’ «autorisation de transporteur » délivrée au transporteur couvrira également l’ensemble du réseau (sous-traitants inclus).
 

Photo : F. Amblard - Tous droits réservés

C’est dans ces conditions que le transporteur UPS (United Parcel Service) a pu obtenir, le 20 octobre 2015, une « autorisation de transporteur » de Type 2 (pour le transport de longue durée) valable sur tout le territoire de l’Union Européenne pour le transport des poissons d’aquarium. 

Une action concrète du Syndicat PRODAF qui bénéficie à l’ensemble des acteurs du marché. 

Les conséquences économiques auraient pu être dramatiques si ces problèmes n’avaient pas étaient réglés expressément. 

Cela met fin à une situation confuse et incertaine qui perdurait depuis plus de 10 ans.

« À première vue, c’était grimper l’Everest en mocassins !
D’un côté ce règlement européen de 2004 qui est une loi en dur, applicable de plein droit immédiatement et de l’autre côté des multinationales (comme le transporteur UPS, par exemple) pour qui le transport de poissons d’aquarium ne représentait qu’une infime partie de leur chiffre d’affaire.
La partie s’annonçait très serrée !
Mais à force de travail, de détermination et de persévérance, je me félicite d’avoir permis de régler définitivement les problèmes liés à l’application du règlement communautaire 1/2005 dans le cadre de transport de poissons d’ornement tout en garantissant le respect du bien-être des poissons transportés »

Frédéric AMBLARD
Frédéric Amblard - Tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire