lundi 18 avril 2016

Venezuela 2016 avec JBL - 1ère partie

La rédaction d'AQUAmag était présente lors de l'expédition dans le delta de l'Orénoque et à Canaima, Venezuela, organisée par JBL.
C'était l'occasion de découvrir des endroits uniques et bien évidemment la faune piscicole typique du bassin de l'Orénoque.


Le parc national de Canaima est situé sur le plateau des Guyanes, parsemé de tepuys, ces hauts plateaux rocheux à l'allure si particulière.
Photo : Philippe Chevoleau - Tous droits réservés


De nombreux participants à l'expédition s'étaient retrouvés à l'aéroport de Francfort pour rejoindre le reste de la petite troupe (50 personnes, tout de même !) à Madrid. Ce fut alors l'occasion de faire enfin connaissance avec tout le monde, notamment le chef d'équipe de la "French team", Didier Lergenmuller. En fait de "French Team", c'était plutôt un groupe international fort sympathique composé de francophones d'horizons divers : si Therese et Loic venaient de Suisse, Christopher arrivait, lui, d'Autriche ! Ce qui ne l'empêchait pas de parler un français largement plus que correct.
Parmi les autres participants, on signalera la présence de Wolfgang Staeck, grand spécialiste des Cichlidés nains et parfait connaisseur de la faune ichtyienne du Venezuela (vous avez d'ailleurs pu lire son article consacré aux scalaires du genre Pterophyllum dans le n°29 d'AQUAmag). Également, Andreas Tanke, expert en Loricariidés et autres poissons de fond. Voilà de sérieux atouts pour tenter d'identifier des poissons peu connus des aquariophiles ou encore non signalés dans les zones que nous prospecterons…


C'est à l'aéroport de Caracas qu'on retrouvait Heiko Blessin, leader de l'expédition, plongeur et photographe subaquatique émérite, ainsi que Roland Böhme, dirigeant de la firme JBL. Le voyage n'était pas fini pour autant, puisqu'il nous fallait d'abord reprendre l'avion jusqu'à Maturin, à quelque 400 km de là. Après 1h15 en minibus, on prenait les pirogues pour encore 40mn afin de rejoindre l'Orinoco Eco Camp, notre base dans le delta de l'Orénoque.

Après plusieurs heures de trajet, c'est enfin le chargement des bagages, puis des participants pour rejoindre le camp en pirogue.
Photo : Philippe Chevoleau - Tous droits réservés
 Après tant d'heures de voyage, sans dormir pour certains, comment résister au spectacle qui nous attend ? Les huttes dans lesquelles nous allons dormir sont entourées d'eau ! À la surface, sous les lampes-torches, ça grouille de vie. La fatigue s'évanouit comme par enchantement. Le temps d'aller chercher les épuisettes, et hop ! quelques premières captures nous renseignent sur les poissons qui vont "dormir avec nous". Parmi eux, une espèce qui ressemble à Micropoecilia picta (encore à confirmer), un petit killi vert-bleu sans doute du genre Laimosemion (ex Rivulus) et le guppy (Poecilia reticulata) dans sa forme originale puisque sa distribution naturelle englobe cette partie du Venezuela. Un autre petit poisson pique notre curiosité : il est complètement transparent, et sa forme évoque autant un killi qu'un vivipare. C'est d'ailleurs seulement le lendemain, à la lumière du jour (et enfin bien réveillés avec un bon café local…) qu'on remarquera que le mâle présente un gonopode. Il s'agit d'un membre du genre Fluviphylax, un killi appartenant à la famille des Poeciliidés, comme le guppy !
Il est toutefois temps d'enfin aller se coucher, car, dès le lendemain, une sortie sur l'Orénoque, avec plongée, est prévue…

Les huttes où dorment les membres de l'expédition sont cernées par les eaux du puissant fleuve Orénoque.
Photo : Philippe Chevoleau
Les eaux chargées en limon à cet endroit, situé dans la zone du delta de l'Orénoque, ont une couleur laiteuse et la visibilité n'est que d'à peine quelques centimètres. Elles regorgent toutefois de poissons !
Photo : Philippe Chevoleau - Tous droits réservés


À suivre 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire